les séances de soins à distance

Les séances duo, une expérience de partage
mars 7, 2023

Aujourd’hui, nous vous parlons du travail à distance sous toutes ses formes.

Il s’agit dans tous les cas d’un travail sans toucher le receveur. Mais comment cela fonctionne-t-il ?

Les principes de base

Nous sommes ici sur le terrain de l’énergie, de l’intangible, de l’invisible. Essayons donc de faire le point général.

Quelques définitions

Les trois types de travail

Corporel

Se fait en contact avec le corps. Il s’agira d’envoyer des ondes (sonores ou autres), de faire des pressions, des massages, des étirements, etc.
C’est le domaine des praticiens en shiatsu, des réflexologues, des
sonothérapeutes, des masseurs, et autres.

Distant nécessaire et faible pour une action physique

action de la chaleur comme en moxibustion, action électrique pour mieux doser, chromothérapie, les ondes sonores, etc.
Nous avons donc ici les techniques des radiesthésistes, énergéticiens, sonothérapeutes, magnétiseurs, entre autres.

Travail d’intention, magnétisme ou des corps subtiles

Action à indépendante de la distance pour harmonisation des chakra, nettoyage de l’aura, libération des mémoires des corps.

Bioénergétiques, etc. On retrouve ici les sonothérapeutes, les magnétiseurs, lithothérapeuthes et autres maîtres Reiki.

Le second type s’apparente fortement au travail corporel car, s’il n’y a pas de toucher, c’est pour des questions de dosage et de sensibilité, comme le cuisinier qui monte et descend son poêlon de sauce de la flamme pour mieux doser la chaleur. Nous ne parlerons donc plus que du troisième dans cet article.

Séances et travail à distance

Pour des raisons de facilités, nous définissons

  • la séance à distance : le praticien et le client/receveur ne se trouvent pas au même endroit ;
  • le travail à distance : travail se faisant à une certaine distance du corps (en présentiel ou non).

Fonctionnement

L’intuition, l’intention et la projection sont les maîtres-mots.

On expliquera le travail tantôt par le fait de passer par la conscience collective, tantôt par la projection de l’énergie vitale (Chi, Ki, …), tantôt par la projection des corps subtiles, de l’âme ou autre dénomination.

Il s’agit d’explications humaines, restreintes à notre perception et notre compréhension actuelle.

Nous baignons dans l’électromagnétisme et nous en générons. Même les arbres émettent des ondes de ce type.

Vous êtes-vous déjà demandé comment vous avez su que quelqu’un arrivait par derrière ou que quelqu’un de dérangeant est entré dans la pièce alors que vous ne le voyez pas ?

Nous émettons donc des ondes électromagnétiques.

La médecine a également prouvé que notre cerveau émet des ondes électromagnétiques différentes en fonction de son activité. Les fréquences sont situées entre 0,5 à 4 Hz et 80 Hz, un Hertz (Hz) étant une vibration par seconde.

Il est aussi bien connu que certaines personnes dérèglent leur montre par leur magnétisme. Et comment expliquer qu’une personne énervée, sans parler ni bouger, communique son stress aux personnes avoisinantes et fait fuir les animaux qu’elle attire d’habitude ? Pensez aux EEG, aux influx nerveux (electomyographie, ECG), etc. La question est donc “Où finit notre champ électromagnétique ?”
Les praticiens utilisent donc une myriade de techniques pour percevoir et agir à distance.
Il faut bien entendu que le mental se taise et fasse place au ressenti. C’est un prérequis.
Le fait est que les praticiens ressentent, d’une manière ou d’une autre l’état de l’être dont ils s’occupent. Oui, de l’être, un être humain ou non.

Quelques exemples

Il arrive régulièrement que le praticien sache, avant la séance ou même à la prise de rendez-vous, ce qu’a la personne, sans qu’elle ne l’ai communiqué, sans qu’elle soit présente donc.

En séance, qu’il y ait contact ou non, le praticien peut ressentir une intuition et demander, par exemple, si la personne a des problèmes urinaires, des soucis sentimentaux, ou autres.

Nous ne parlons pas du médecin qui palpe le foie et sens qu’il est engorgé ou d’un praticien qui passe sur une zone réflexe, non. En travaillant sur une cheville, au sacrum, on peut avoir une intuition très claire d’un souci ailleurs dans le corps ou dans le mental. On explique parfois ça par les chakra, les nadies, les points d’acupuncture. D’accord, quand on touche mais si on est à distance ?

Comment expliquer que l’exemple pris pour expliquer une situation hypothétique tombe toujours juste sur le vécu du client?

Dernièrement, je discutais avec une personne qui n’a jamais pu avoir son jardin secret. Je lui ai demandé de faire une chose banale, qu’elle a toujours voulu faire et de ne le dire à personne, comme un secret. Par exemple, d’aller prendre une leçon de patinage sur glace. La réaction fut immédiate et comme d’habitude : “Tiens! C’est marrant que vous disiez ça! “ et elle me raconte que ça fait partie de son vécu depuis l’enfance et qu’elle n’en a jamais fait.

Une autre fois, je dis à la cliente, après une séance d’harmonisation des chakra, de faire attention à ne pas se tordre le pied car je sens un fragilité pour l’instant. “Tiens! C’est marrant …”. Je me le suis tordu il y a une semaine et c’est de nouveau récurrent pour l’instant.

Séance à distance ou en présentiel

A partir du moment où on ne touche plus, et qu’il n’y a pas de besoin de proximité comme pourrait en avoir la moxibustion (faire chauffer les points d’acupuncture), la distance n’a plus d’importance. Seul le psychologique intervient : est-ce que le praticien et le receveur sont plus à l’aise en présence ou non ? Si le praticien maîtrise la clairvoyance ou la clairsentience par exemple, il n’aura pas besoin de voir le receveur pour savoir s’il réagit physiquement par exemple. Quand on est en phase énergétique, à l’écoute, et empathique, on peut ressentir la faim, l’inconfort ou la douleur du client par exemple, qu’il soit humain ou non.

Il y a cependant une imposition de distance dans certains cas :

  • le receveur ne peut se déplacer, étant à l’étranger par exemple ;
  • le praticien est en déplacement et ne peut donc recevoir le receveur dans son cabinet;
  • le praticien n’a pas de cabinet et ne reçoit jamais en personne ;
  • et bien d’autres.

Reste la question du visuel.

En visuel ou non

Il est question ici d’affinité, tant du praticien que du client.

Certains praticiens préfèrent pouvoir interagir avec le client pendant la séance.

D’autres travaillent en silence ou en concentration, et communiquent uniquement avant et après la séance.
D’autres encore, préparent uniquement la séance ensemble. Le travail se fait selon l’accord et un rapport est envoyé (éventuellement fait en visuel plus tard).

Si la séance n’est pas en présentiel, le travail distant se fait alors en vidéoconférence ou par téléphone.

La pratique à EKI-Vibre

Nous pratiquons en corporel et à distance, selon la technique utilisée.

  • Sonothérapie : les voyages sonores et soins corporels se pratiquent en corporel ou à distance, selon l’effet désiré, que ce soit aux bols tibétains, aux diapasons, aux gongs, etc. Le but étant d’envoyer des ondes de pression dans le corps et des sons aux oreilles, la proximité est de mise.
    Pour l’harmonisation des chakra, le nettoyage des blocages du passé, et autres techniques énergétiques sonores, le travail est à distance et les séances en présentiel ou à distance, au choix.
  • Lithothérapie : séances en présentiel ou à distance ;
  • Energétique : séances en présentiel ou à distance ;
  • Réflexologie : toujours en corporel ;
  • Relaxation : toujours en corporel ;
  • Equilibrage corporel : généralement corporel à la demande des clients, il peut se faire à distance ;
  • Communication intuitive : séances en présentiel ou à distance

Tarif : 85€

EKI-Vibre aux portes de Bruxelles

Contactez notre équipe

Pour nous poser une question sur nos activités ou pour réserver une date pour votre séance de relaxation en groupe, contactez-nous.